Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

DSC2698-©-2015-Alexandre-Isard

Chilly Gonzales est un artiste atypique et extravagant. Le pianiste canadien a été bercé dans son enfance entre un grand père snob qui vénérait Richard Wagner (et méprisait toutes les musiques en dehors du classique) et Michael Jackson que le jeune pianiste admirait.

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

“Très jeune j’ai été tiraillé entre deux mondes, entre l’art et le divertissement” affirmait t-il récemment. Une éducation éclectique qui explique les choix artistiques de cet artiste pop « touche à tout », pour s’en rendre compte il suffit de constater la diversité des artistes avec lesquels il a travaillé : Peaches, Daft Punk, Jane Birkin, Björk, Teki Latex ou Jean louis Aubert … sans compter son avant dernier album (Solo piano II) ou le jeu du pianiste est souvent comparé à celui d’un certain Erik Satie et ses très nombreuses collaborations avec le cinéma. Son goût de la scène l’amène parfois à des expériences les plus extrêmes : en 2009 il entre au Guinness Book des records en jouant 27 heures d’affilée au Ciné 13 Théâtre à Paris. Avec sa gueule de ” Bad boy » impertinent et  provoquant, Chilly Gonzalves joue sur la dérision, l’impertinence et sur son physique presque trop grand pour lui, une dégaine qui n’est pas sans rappeler la posture de Glenn Gould.

691538286

Chilly Gonzales multiplie les expériences artistiques avec une boulimie énergisante, comme si cette multitude d’activités ne lui suffisait pas, il revendique également des activités pédagogiques atypiques, il a écrit des études et méthodes de piano pour les jeunes pianistes. Plus intéressant encore, il a réalisé toute une série de petites vidéos ludiques où il livre (à la façon d’une sorte de Master class pour tous), quelques secrets de fabrication de la musique, une approche ludique et éclairante qui m’a franchement donné envie de retrouver mon clavier (voir une sélection de quelques vidéos en fin d’article). Loin d’une approche savante, sa démarche se veut pragmatique et populaire, elle démontre, s’il en était besoin, que le pianiste a aussi une envie gourmande d’échanger avec le public, les publics.

 « Chambers »

Le personnage est imprévisible, il aime se trouver là ou l’on ne l’attend pas,  lorsqu’on lui demande pourquoi a t-il écrit de la musique de chambre, il répond avec humour « c’est peut-être parce que je porte une robe de chambre ” avant de rajouter plus sérieusement “que les outils qu’il utilise pour s’exprimer sont de vieux outils, comme les harmonies, les instruments acoustiques, mais que son état d’esprit se rapproche de celui des rappeurs et des gens qui font de l’électro” *

Si Chilly Gonzales revendique vouloir faire entrer le classique dans la pop, il s’agit ici en effet d’utiliser les sonorités de la musique de chambre plutôt que de réinterpréter son répertoire. L’album Chambers prend cependant un malin plaisir à brouiller les pistes, les aficionados de la pop et de la musique de chambre n’ont qu’à bien se tenir. Le pianiste prend certes le risque de décevoir les deux, mais il fait le pari du contraire pour embarquer l’auditeur dans des univers où les étiquettes volent en éclat. A regarder le clip de sortie de l’album, on navigue on pleine loufoquerie, une histoire de combat en duel raté dans un champ à l’aube avec la complicité de deux humoristes (bien connus des amateurs de l’ancien programme télé Palma Show).

Chilly Gonzales – Advantage Points (vidéo officielle)

Les premières notes de ce Chambers offrent des images musicales particulièrement cinématographiques, un album qui est un peu la bande son d’un imaginaire à inventer. Le quartet à cordes est parfaitement intégré à la musique de Gonzales et nous plonge dans un univers mélodique puissamment évocateur. Chilly Gonzales est un mélomane des temps moderne, il ne séduira probablement pas les amoureux du répertoire de musique de chambre, même s’il a eu l’intelligence de ne pas singer un répertoire classique pour ne se “contenter” que du sien mais dont les arrangements avec les sonorités de cet ensemble à cordes offre une tonalité romantique attachante. Gonzales dit vouloir (ré)imaginer la musique de chambre de l’ère romantique comme de la pop addictive contemporaine, mais derrière l’artiste excentrique se cache un vrai mélomane généreux et un artiste cultivé où les accents de Fauré et de la pop apparaissent habilement comme des ombres complices de temps à autre.

FrontCover

Un album inclassable donc, mais Chilly Gonzales a le mérite d’interroger la musique de notre temps et notre rapport à des sonorités que l’on a trop souvent tendance à assimiler avec des répertoires. Avant de décider si l’on adore ou si l’on déteste, il est vivement recommandé de fermer au préalable les portes de toutes les chapelles pour se laisser glisser dans ce bain pop romantique savoureux. J’y ai gouté et j’y reviendrai.

(*) Propos recueillis par Thierry Dupiereux (Journal l’avenir -Belgique- 18 mars 2015)

# # #

Site officiel de Chilly Gonzales

Album Chambers à écouter sur Itunes, Spotify, Qobuz ou Tidal

Quelques démos et leçons de piano en vidéo (en anglais) :

%d blogueurs aiment cette page :