Tube_Amplifier1080La question de l’amplification à tubes passionne, divise, enthousiasme ou agace. Je propose quelques premiers éléments de réflexions pour tenter de faire la part des choses sur ce fameux « son tube », l’occasion aussi de revenir sur une épopée technologique.

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

Le tube électronique fête cette année ses 110 ans, une technologie brevetée par John Ambrose Fleming, ingénieur physicien anglais en novembre 1904. L’avènement du tube allait  permettre aussi le développement de la radio, de la télévision et des premiers ordinateurs dans les années 60 qui pouvaient utiliser jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de tubes ! La décennie 70 a tenté de se débarrasser définitivement du système d’amplification à tubes avec quelques arguments à vrai dire convaincants : le tube chauffe, il est cher, fragile, sa durée de vie est limitée … autant d’inconvénients qui ont accéléré la marginalisation de cette technologie au profit des transistors. A l’époque, seule une poignée de passionnés nostalgiques s’intéressent encore aux amplis à tubes. Puis, l’arrivée et le développement du CD a soulevé quelques interrogations au sujet de cette soit disant « froideur du numérique » avec la tentation de tenter d’opérer un retour salvateur à l’analogique, le tube ayant sans doute profité, par effet d’entrainement, de cette tendance. Dans les années 90, l’arrivée sur le marché de produits à tubes asiatiques à des tarifs abordables eût au moins le mérite de « démocratiser » le tube et d’élargir sa diffusion. Le revers de la médaille ? une qualité de fabrication très aléatoire qui en a dégoutté quelques uns. Enfin, plus récemment, le développement de produits au look vintage a indéniablement profité au « retour » du tube.

Jadis_i50_2Nouvel amplificateur intégré Jadis i50

Le son du tube en question

« Le son chaud » : voilà l’argument le plus répandu, c’est aussi le plus simpliste. Alain Cavro est l’animateur du point de vente Staccato à Nantes, il a aussi accompagné et conseillé la création de Ppfff (nouvelle marque qui propose notamment un ambitieux amplificateur à tubes) il a un avis bien précis sur la question « je pense cette idée de son chaud du tube n’est guère valorisante, je trouve qu’elle est synonyme de mollesse. Lorsque l’on insiste sur la beauté des timbres et la richesse harmonique du tube, je réponds volontiers que l’écoute d ‘harmoniques qui n’existent pas ne m’intéresse guère. En réalité, je pense que la coloration est n’est pas liée au tube mais à la manière dont on l’utilise. Je note que ce sont précisément ces défauts qui attirent en fait les consommateurs vers le tube. Pour ma part, je pense qu’un tube ne doit pas être coloré (pour autant qu’on puisse ne pas l’être) et c’est précisément ce que cherche à faire le nouvel amplificateur PP88 en proposant une restitution nerveuse, précise, une volonté de rapidité mise au service de tous les critères de sensibilité sonore qui vont dans le sens de la musique et du naturel. »

Pour Jean-Christophe Calmettes, Directeur technique de Jadis, entreprise familiale qui commercialise des amplis à tubes haut de gamme depuis 30 ans « la coloration du son des amplis à tubes n’a aucun sens, ou alors il faut aussi parler de la coloration des amplis à transistors, il est totalement erroné d’affirmer que seuls les amplis à tubes seraient colorés. Pour ma part, je revendique pleinement le son spécifique de nos produits, cela fait parti notre valeur ajoutée et de notre identité. Mais, un tube, ca pose de nombreux problèmes et pas mal de contraintes et pour faire de la qualité avec un tube, je vous assure que c’est un combat de tous les jours. »

Enumérer les avantages ou les inconvénients de l’amplification à tube en matière de restitution sonore est une question de perception et de ressenti dont le jugement individuel ne doit porter que sur l’essentiel : la présence de la musique.

JD801S
Jolida JD 801S by StaCCato

Une proposition évolutive

Ce qui plait aux adeptes du « Do It Yourself  » c’est la possibilité de transformer et de faire évoluer une amplification à tubes. Jean Christophe Calmette le rappelle « Même si cette pratique ne concerne qu’une minorité, certains clients souhaitent pouvoir changer les tubes afin de pouvoir changer le son. D’une façon plus générale il faut aussi veiller à l’ergonomie du matériel de façon à pouvoir changer ses tubes soi même ».  Les tubes ont en effet une duré de vie limitée » (2500 heures en moyenne, voir beaucoup plus)

L’évolution et la modification du matériel est un domaine que pratique Alain Cavro : « un jour, en souhaitant rendre service à un client qui n’avait pas le budget pour changer de matériel, nous nous nous sommes « amusés » à améliorer son amplificateur (Jolida 302 d’origine chinoise) de façon à le rendre un peu plus qualitatif. Les résultats ayant largement dépassés nos espérances, nous avons donc décidé de proposer la modification de ce produit à la carte en fonction des besoins et des budgets de nos clients. Le produit en question subit de nombreuses transformations : recomposition des plans de câblage, refonte de l’alimentation, remplacement des composants, déplacement des cartes, le recâblage en l’air, le traitement ou le remplacement des transformateurs … un produit qui dans sa version extrême n’a plus grand chose à voir avec l’original, 70 % de sa composition ayant été transformée, une amélioration tarifée à partir de 1500 euros à laquelle qu’il convient d’ajouter le tarif du produit de base.

Choisir un amplificateur à tubes c’est faire le choix d’une approche différente de l’écoute musicale, les prix très élevés de certains produits ne sont pas toujours un gage de qualité. Il convient donc de ne se laisser distraire ni par le jargon technologique (il faudrait du reste de solides bases en électronique pour juger de sa pertinence) ni par des considérations uniquement esthétiques. Faire un choix raisonné dans ce domaine impose de nombreuses écoutes comparatives afin de se construire une expérience auditive personnelle et se faire accompagner par un professionnel particulièrement compétent.

Alfred de Musset disait « Qu’ importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse » il est à parier que nombre d’esprits curieux et patients pourraient bien apprécier les saveurs de ce flacon là.

lampes-amplification-preamplificationjadis-electronics

Pour aller plus loin :

%d blogueurs aiment cette page :