Crédits photo : Dominique Borker

Le guitariste Nguyên Lê occupe une place singulière dans le milieu du jazz, cet instrumentiste hors pair multiplie depuis de nombreuses années les collaborations tous azimuts, il vient tout juste de publier un superbe album « HA NOI DUO » avec notamment le musicien traditionnel Ngo Hong Quang, l’occasion de revisiter leurs racines vietnamiennes communes. Cette semaine, j’ai eu aussi le plaisir de dialoguer avec le guitariste, une conversation autour des origines de ce projet, nous avons aussi évoqué le Viet- Nam et ses guitares !

Né à Paris de parents vietnamiens, c’est à l’adolescence que Nguyên Lê débute la batterie puis la guitare. Ce musicien autodidacte côtoie depuis toujours le rock, le funk, la chanson et le jazz d’aujourd’hui. Au cours de sa carrière, le guitariste multiplie les rencontres et les collaborations, la liste des artistes avec qui il a travaillé est assez impressionnante tant par le nombre que par sa diversité. Il a notamment multiplié les aventures electro acoustiques autour des musiques extra européennes. Il a participé à plus de soixante-dix albums avec des artistes aussi variés que Michel Portal, Paolo Fresu, Karim Ziad, ou Vince Mendoza. Il a enregistré pour l’excellent label allemand ACT 15 albums sous son nom.

Ce tout dernier album « HA NOI DUO » s’organise autour de sa rencontre avec le musicien traditionnel vietnamien Ngo Hong Quang. Une rencontre qui célèbre aussi de manière singulière un hymne à leurs racines vietnamiennes, les deux musiciens qui apportent chacun à leur manière des lectures intelligemment complémentaires.

J’ai pu m’entretenir avec Nguyên Lê cette semaine, il est revenu sur la genèse de ce projet, il évoque aussi le Viêt-Nam. “J’ai rencontré Quang il y a quelques années lors d’un concert à Saïgon, sa maitrise de l’anglais et sa localisation à Amsterdam a grandement facilité notre envie de travailler ensemble et nos échanges. Quang fait partie de cette formidable et nouvelle génération de musiciens traditionnels totalement ouverts sur le monde et sur les styles. Ce denier n’a nul besoin de revendiquer une quelconque posture artistique, car son identité musicale est d’une telle évidence que celle-ci s’impose naturellement. Ce duo est en réalité un noyau autour duquel gravite une communauté de musiciens invités avec qui j’aime jouer. Les concerts ont lieu dans le même état d’esprit et nous partons au Viet- Nam le mois prochain pour une tournée de concerts. Je suis très heureux de constater depuis quelques années qu’une partie du public au Viet-Nam suit mon parcours. Le public est très avide de découvertes artistiques, cette ouverture artistique est relativement récente et il faut rappeler que le régime communiste et les années de guerre ont longtemps brimé l’accès aux cultures étrangères . »

Ngo Hong Quang est un musicien traditionnel virtuose et renommé, il est particulièrement complet, on l’entend d’abord au chant avec une superbe voix de tête et au Dan Nhi (vièle à deux cordes). Il affectionne aussi l’utilisation d’instruments traditionnels de minorités ethniques comme le Dan Tre, (vièle dotée d’un résonateur vocal), le Dan Môi ou guimbarde dont il tire des sons inouïs et enfin le Dan Tính, un luth fretless à trois cordes, des instruments qui rappellent aussi des sonorités d’Asie Centrale.

P1020083
P1020136
P1020074
2004_0305constructionbambou00111
shapeimage_2-1
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
P9221047-filtered
shapeimage_13
shapeimage_5
2004_0305constructionbambou00171
tao_5

Les guitares de Nguyên Lê réalisées par le luthier Julien Gendre

Le matériau sonore de cet album est particulièrement riche, les sonorités et les timbres des instruments acoustiques traditionnels sont superbement travaillés et cet enregistrement fourni une multitude de micros détails qui seront d’autant plus appréciés lors d’une écoute au casque. Les guitares de Nguyên Lê font raisonner chants et musique traditionnelle à la lumière d’un monde ouvert sur la diversité musicale. Le modeste guitariste que je suis n’a pas résisté d’interroger Nguyên Lê sur ses guitares : « Pour cet album, j’utilise trois guitares, deux électriques et une acoustique. Ces instruments sont tous le fruit d’un superbe travail du luthier Julien Gendre .Ces instruments sont bien évidemment des pièces uniques réalisés sur mesure mais qui ont été aussi pensés conçues et fabriqués  par rapport à mon jeu, à ma personnalité et mon travail “

Cet album est une succession d’invitations au voyage vers les musiques du Vietnam, avec comme bagage, la virtuosité de Ngo Hong Quang et de bouillonnants gènes jazz fusion du guitariste qui s’expriment dans un subtil enchevêtrement de styles et d’influences. Un voyage entre tradition et modernité qui va si bien au guitariste, les repères s’enchainent et se bousculent comme une danse dont le tourbillon nous emporte par la sincérité d’un propos authentique. Cet enregistrement est une immersion au coeur de la tradition musicale du Vietnam avec une lecture moderne des plus étonnante. On sort de ce voyage là tantôt apaisé, renversé ou éblouit. Après plusieurs écoutes successives de ce superbe opus, il me revient en mémoire le propos de l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier : « On pense qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. »

# # #

Cet album est disponible en streaming en téléchargement chez Qobuz. Le lancement de l’album aura lieu officiellement au New Morning le 6 mars 2016.

Album « HA NOI DUO » – ACT / janvier 2017 . Nguyên Lê : guitars & programming – Ngô Hồng Quang : vocals, Vietnamese fiddle, monocorde, lute & jew’s harp- Paolo Fresu : trumpet & flugelhorn – Mieko Miyazaki : koto – Prabhu Edouard : tablas, kanjira & pocket shaker- Stéphane Edouard : udu & shaker – Alex Tran : cajon

%d blogueurs aiment cette page :