P5

2016 marque (excusez du peu) la 35 ème année de ce rendez-vous incontournable de la haute fidélité mondiale. Je m’attendais donc à une édition un peu singulière mais à quelques égards, mon plaisir a été quelque peu réservé.

La tonalité avait été donné dès la conférence de presse du premier jour où le Directeur du salon avouait (un peu gêné) qu’il n’y avait pas de nouveautés particulière cette année, rien de neuf sous le soleil donc, avant que ce dernier ne vente les habituels records de fréquentation.

A Munich, il convient de distinguer deux parties distinctes les exposants statiques qui sont généralement au rez de chaussé des quatre halls, le tout venant se mélangeant aux marques les plus prestigieuses qui n’ont pas souhaité organiser de démonstrations. La configuration de ces espaces ressemblent, pour être tout à fait honnête, plus à “une foire du son” qu’à un salon digne de ce nom. C’est ici que l’on trouve aussi les propositions les plus farfelues. Des enceintes slovènes décorées par une multitude de fleurs orangées ou cet exposant russe qui présente un objet à la façon d’un ampli à tubes, mais ces deniers n’affichant que l’heure ou encore ce constructeur d’enceinte en béton armé … Ceux qui me suivent sur Facebook ont déjà pu découvrir un petit florilège de drôleries mais dont l’originalité pour l’originalité est en réalité un peu navrante.

P4

Attardons nous donc maintenant aux exposants dans les étages et ceux du rez de chaussé qui disposent de salles fermées pour faire écouter leur matériel. Il s’agit donc de faire des expériences d’écoute de systèmes dans leur intégralité sans oublier les conditions acoustiques qui sont rarement à la faveurs des qualités des matériels. Lorsque qu’un système offre un résultat médiocre il est compliqué voire impossible d’identifier ce qui est en cause.

Autant le dire de tout de suite, il faut prendre le temps de s’installer dans une salle passer du temps à écouter, y revenir, il a fallu faire un premier tri et donc pour être tout à fait honnête : non il n’est possible de tout écouter. J’ai fait beaucoup d’écoutes sans intérêt où la performance et le caractère démonstratif sont à l’image d’un trop grand nombre de produits ou d’associations iconoclastes. Un grand nombre de marques n’ont en réalité pas le choix de leur partenaires de salles, car ce dernier est souvent imposé par l’importateur allemand qui gère le stand et cela aboutit parfois à des mariages pour le moins curieux .

Voici donc les quelques systèmes dont  j’ai vraiment apprécié l’écoute :

La démo de petites enceintes canadiennes Totem alimentées notamment par des électroniques YBA furent pour le moins réjouissantes, avec un très bel équilibre tonal et un coté vivace et vivant de la musique m’a franchement séduit. Dans une catégorie de produits très abordables, j’ai aussi beaucoup aimé les écoutes de la nouvelle gamme Twenty des enceintes anglaise PMC. Une approche très ludique de la musique, de belles qualités dynamiques, la rapidité de projection des particules d’air est formidable et donne un superbe coup de fouet à la musique. Des moments délicieux où le constructeur eu l’intelligence de ne pas associer des électroniques à 30 fois le prix des enceintes avec des électroniques canadiennes Bryston assez “raccords” en terme de tarifs.

DSCF1980

Ensemble Neodio / Pascal Louvet

Quelques gros systèmes avec les enceintes à pavillons Tune audio qui nous fait rentrer dans une nouvelle dimension acoustique, ces pavillons redonnent de la vie à la trompette du Grand Miles. un naturel qui se réinvente, la scène sonore est juste époustouflante. Cette expérience rend de facto très difficile celles qui vont suivre et vont donner l’impression de s’enfermer dans un champ acoustique bien réduit.

Très belle image sonore avec les enceintes actives de chez Grimm audio, la respiration de la musique ici est assez raffinée et sympathique, de l’air, de l’air ! Enfin l’une de mes écoutes favorites avec un coup de de coeur de surcroit tricolore avec les électroniques Néodio et les électroniques Pascal Louvet, cette petite salle a été à plusieurs reprises un refuge et un espace où enfin j’ai pu vivre la  musique dans une belle respiration, un vrai moment d’émotion musicale.

DSCF1995

enceintes actives Grimm audio

Mon petit coup de gueule ne sera pas pour les très nombreuses autres démos “bling bling” et sans intérêt (j’en ai épinglé quelques unes sur mon compte facebook), mais mon petit carton rouge sera sans doute équitablement distribué à tous les exposants pour leurs playlists convenues et bien fades. Ecouter de la musique de chambre devient bien rare et j’en ai franchement un peu assez d’entendre les mêmes “tubes” de démo, quelqu’un pourrait-il bâillonner une seconde la délicieuse mais un peu envahissante Diana Krall et demander au groupe Daft Punk d’aller prendre l’air ?

DSCF2015

Préampli Illusonic

Enfin, je dois vous faire un petit aveu : je m’intéresse en réalité autant aux hommes qui font vivre ce secteur d’activité passionnant qu’aux appareils eux même. Munich est un bel espace de rencontre et de dialogue. J’y ai notamment rencontré un ingénieur suisse qui conçoit un préampli Illusonic (merci Guy pour le tuyau), une sorte couteau suisse acoustique qui offre non notamment un système de correction acoustique, mais aussi des solutions et de nouvelles dimensions acoustiques à la musique, étonnant et très reposant ! J’ai aussi longuement bavardé avec les concepteurs des électroniques hongroises Heed, des personnes passionnées et formidables. La semaine prochaine je vous proposerai un aperçu de nos conversations dans le cadre d’un compte rendu d’écoute de ces électroniques qui illuminent mon salon depuis quelques semaines.

%d blogueurs aiment cette page :