058081-000_1629007_32_202Grande Salle, répétition d'orchestre 12/01/15 © William Beaucardet

Le week-end dernier, je me suis rendu à la Philharmonie  la nouvelle grande salle de concert de Paris. L’occasion de vous livrer mes premières impressions et de revenir sur les caractéristiques d’un projet hors norme. 

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

La philharmonie est située au coeur du Parc de la Villette, elle comprend en réalité deux sites : la Philharmonie 2 que l’on appelait communément la “cité de la musique” qui comprend de nombreux espaces dont la salle des concerts qui possède une capacité d’accueil de 650 à 1400 places selon les configurations. La Philharmonie 1 est donc la vraie nouveauté, le tout nouveau bâtiment accueille notamment la nouvelle “grande salle” de concert. Ce projet est le résultat d’un concours d’architecture remporté par l’architecte Jean Nouvel, mais a refusé assister à l’inauguration pour protester contre l’ouverture à la hâte d’un bâtiment pas tout à fait achevé, plus inquiétant encore : ce dernier affirmerait que tous les tests de sécurité n’ont pas été effectués (Source : Canard Enchainé du 21/01/2015).

IMG_5359Philharmonie 1 - Vue extérieure du bâtiment - photo personnelle.

Quelques chiffres d’un projet hors norme:

La grande salle des concerts est modulable avec 2400 places assises, les fauteuils du parterre peuvent être retirés pour accueillir le public debout, la jauge passant alors à 3650 places. La grande salle dispose d’une superficie de 8500 m2 et d’un volume acoustique actif de 30 500 m3.La hauteur du bâtiment est de 37 mètres et dispose de 9 étages. Un bâtiment d’une superficie globale de 20.000 m2 avec 15 salles de cours, une salle de conférence, 5 salles de répétitions, des studios de travail, une bibliothèque des partitions, une salle d’exposition les locaux administratifs, et les locaux techniques. La couverture de la Philharmonie se compose de quelque 280.000 panneaux en forme d’oiseaux répartis en 7 géométries différentes. 7 ans de travaux. Un budget final devrait avoisiner 380 millions d’euros, budget initial en 2007 était de 204 millions d’euros !

Paris, la PhilharmonieChantier le 11 novembre 2011Grande salle © Julien Mignot

Un projet acoustique ambitieux

Dès le départ le cahier des charges acoustique était ambitieux et complexe. L’objectif était d’obtenir une réponse acoustique combinant une haute clarté sonore ainsi qu’une ample réverbération (notamment pour permettre aux orchestres symphoniques de se produire dans des conditions acoustiques optimales). La volonté d’offrir une acoustique « démocratique » était également clairement affichée de façon à ce que la restitution sonore soit optimale pour toutes les places tout en permettant aux musiciens de s’entendre parfaitement. La distance entre le chef d’orchestre et l’auditeur le plus éloigné n’est pas très supérieure à 35 mètres dans la configuration d’un orchestre symphonique.

La salle a donc été composée de deux chambres nichées l’une dans l’autre, une chambre intérieure flottante permet au public assis dans cet espace de bénéficier d’une intimité à la fois visuelle et acoustique avec les musiciens et les autres espaces de la salle. Une innovation à la fois architecturale, esthétique et acoustique avec notamment un audacieux système de balcons flottants. Pour permettre la projection du son vers la salle et l’écoute entre les musiciens sur la scène, un grand réflecteur acoustique ou un ensemble de réflecteurs « nuage »  est installé au dessus de la scène et des premiers rangs du parterre. Un dispositif qui contribue à l’enveloppement par réflexions latérales. Aucune des surfaces n’a été laissée au hasard et l’imposant volume acoustique actif (30 500 m3) permet aux spectateurs d’être littéralement immergés dans le son. Le temps de réverbération moyen (prévu entre 2 et 2,3 secondes) engendre une résonance chaleureuse tout en restant transparente. Par ailleurs, il a fallu aussi s’affranchir d’un autre défi : isoler la salle de son environnement , le bâtiment de la Philharmonie 1 étant à proximité immédiate du boulevard périphérique. La solution mis en œuvre à été celle de la boîte dans la boîte, la grande salle est une « salle flottante » dont les murs sont totalement désolidarisés des murs extérieurs du bâtiment.

interieur_salle_2_c_philharmonie_de_paris_arte_factoryGala 15-01-2015-Grande Salle © William Beaucardet

Mon expérience

Lorsque l’on pénètre dans la grande salle des concerts, on se rend compte immédiatement que cette salle ne ressemble à aucune autre ! Je suis immédiatement saisi à la fois par l’imposant volume des lieux et par une impression de proximité avec la scène. Le caractère très enveloppant de la salle est immédiatement perceptible. J’étais assis au deuxième niveau et de là on se sent aussi proches de la scène que de ces « nuages » acoustiques suspendus, ces immenses structures flottantes son réalisées en bois vernis ou peint et sont du plus bel effet esthétique et donnent cet ensemble enveloppant un caractère particulièrement chaleureux et noble. J’ai assisté à un concert familial autour de la symphonie fantastique de Berlioz avec l’Orchestre de Paris dirigé par Andrei Feher. L’intérêt de ce programme à caractère pédagogique est qu’il donna à entendre de temps à autre des extraits avec des instruments en solo ou des petites formations et je peux témoigner de la parfaite perception auditive d’un hautbois ou d’un violon solo. L’orchestre sonne formidablement bien, une acoustique qui nous plonge dans un bain sonore saisissant, je suis frappé par le subtile équilibre entre le dynamisme et la très grande clarté du message musical, mais la question de l’acoustique devra notamment se reposer dans le cadre des quelques concert de musiques actuelles sonorisés.

Pour le reste le spectacle est aussi visuel où que l’on soit dans la salle la vue est plongeante et dégagée vers la scène qui faut-il le rappeler est entourée totalement par le public. On y est très bien assis, les matériaux des sièges sont nobles avec de beaux accoudoirs en bois massif vernis et l’espace pour les jambes est correct.

PhilharmonieGrande Salle - Philharmonie 1 © William Beaucardet

Pour la programmation musicale, il faut louer les efforts d’ouverture aux musiques du monde, au jazz et aux musiques actuelles. Si pour les tout prochains mois l’essentiel de la programmation de la grande salle sera consacrée à la musique classique, cinq siècles de musique devraient cependant satisfaire un public varié et exigeant. Bien plus qu’une nouvelle salle, ce vaisseau refuge est une splendeur acoustique et visuelle qui permettra à n’en pas douter une rencontre inédite entre le public et la musique vivante.

# # #

Brochure & Programme de la saison

Abonnements & réservations

%d blogueurs aiment cette page :