5287619314_041c84dbbf_o

Depuis 2011, Naim Audio a rejoint le groupe Focal mais c’est bien à une heure de train à l’ouest de Londres qu’il faut se rendre pour visiter l’usine Naim où la totalité de la production est réalisée. J’ai donc fait le voyage jusqu’à Salisbury

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

il y a quelques jours. C’est derrière la modeste façade en brique rouge que Naim a construit la plus grande partie de son histoire et son essor. Tout commence ici dans les années 70 où le jeune Julian Vereker passionné de HIFI construit son premier ampli, puis décide de le vendre à ses amis. Naim Audio est créé et installe son atelier dans le centre ville de Salisbury. Le succès et le développement de l’entreprise vont imposer de se déplacer en 1980 dans des locaux plus grands dans une petite zone d’activité à deux pas du centre. Des locaux qui vont s’agrandir au fil du temps, puis se doter d’un nouveau bâtiment adjacent en 1995.

RS622_naim_factory-scr-2

Ces locaux qui accueillent aujourd’hui 160 employés. Une centaine de personnes sont affectés à la production, une trentaine travaillent à la recherche et au développement de nouveaux produits, le reste de l’effectif se répartissant dans les fonctions commerciales, marketing et administration. Steven Hopkins, responsable des relations clients, qui conduit la visite, m’indique qu’un grand nombre d’employés sont « multitâches » avec la capacité de passer d’un poste de travail à l’autre en cas de besoin, « ils ont en effet été formés en interne afin d’être en mesure de remplacer un collègue sur un autre poste de travail ou de renforcer temporairement une équipe ». Une organisation du travail flexible permet d’optimiser au maximum le temps de chaque employé et de pouvoir adapter parfaitement l’outil de production à la demande.

RS1272_jNAIM0037

Avant de pénétrer dans la zone de production à proprement parler, il convient d’enfiler la blouse blanche « Naim » que porte chaque employé et équiper ses chaussures d’une protection anti électrostatique. Un premier espace concerne le stockage des nombreux composants, Naim est équipé d’une machine à implanter les composants de surface (CMS) avec un système de soudure par vague, ce qui permet à l’entreprise de produire elle-même certains de ses circuits imprimés. Par la suite, les étapes d’implantation des composants plus importants et le montage des éléments d’alimentation, mécaniques ou informatiques seront réalisées manuellement sur une multitude de postes de travail. Naim souhaite en effet contrôler toutes ces étapes afin de ne rien laisser au hasard, Steve Hopkins me fait par exemple remarquer que sur ce poste de travail, toutes les petites suspensions en caoutchouc ont été remplacées, leurs souplesses ayant été jugés insuffisantes, ces pièces permettent une suspension indispensable lors de l’assemblage des différentes cartes sur le châssis afin d’éviter les phénomènes vibratoires.

naim_audio_Statemtent_i-fidelity.net_aufmacher_01

Naim Statement

Après voir traversé un espace, soigneusement protégé de panneaux opaques, qui accueille discrètement l’équipe de recherche et développement, nous rejoignons une zone de travail particulière et très aérée. L’espace accueille un petit groupe de huit employés dont le travail est exclusivement dédié à la fabrication du Statement. Le tout dernier système d’exception composé d’un préamplificateur (NAC S1) et deux amplificateurs mono (NAP S1) capables de délivrer une puissance de 750 watts sous 8 Ohms ou de 9000 watts sous 1 Ohms. Un ensemble monumental et totalement atypique commercialisé 200.000 dollars, un projet et un produit qui permet aussi de démontrer les capacités de Naim à repousser les limites de la performance technologique. Ici l’espace de travail entre les différents postes est généreux, une condition indispensable à la manipulation des énormes blocs d’alimentation ou le montage des imposantes coques en métal. Un peu plus loin, une partie du rez-de-chaussée accueille le montage des enceintes acoustiques Naim, une machine aux larges mâchoires permet notamment la manipulation du grand modèle de la gamme l’ovator S800, un gros bébé de 93 kg.

A l’entrée de l’espace de contrôle qualité, une imposante étagère accueille tous les modèles de la gamme, il s’agit des « masters » dotés d’un couvercle protecteur en plastique transparent qui permettront si besoin de visualiser l’architecture interne de chaque modèle. Toutes les machines sont bien entendu identifiées, étiquetées et accompagnées d’une fiche de suivi, elles vont subir ici toute une série de contrôles et de tests. Tous les appareils seront mis sous tension pendant 24 heures, une durée qui va permettre aussi de mettre à l’épreuve les parties mécaniques, les lecteurs CD vont ainsi tourner sans interruption pendant toute cette période. Puis d’ultimes tests informatisés permettront de faire un dernier « check up » complet afin de vérifier toutes les fonctionnalités de la machine avant son départ pour la section emballage. L’imposant volume de l’espace de stockage et d’emballage donne ici une idée plus précise de la production de l’usine : une moyenne de 450 machines sont fabriquées chaque semaine ! Plus des deux tiers concernent les amplificateurs et les modèles Unity (un appareil multifonction qui intègre un ampli, un lecteur CD et un streamer). Les deux tiers de la production seront destinés à l’export.

Tout au long de ma visite, j’ai pu ressentir une ambiance de travail concentrée et une réelle fierté des employés à travailler ici, avec cette culture de travail tellement « british » qui associe rigueur et décontraction. Les employés aiment aussi se retrouver par petits groupes dans la petite cantine de l’entreprise (où les repas sont gratuits pour le personnel) dans une ambiance très conviviale et vraiment familiale.

Naim Mu-So

L’écoute du nouveau système « Mu-so »

J’ai clôturé ma visite par une séance d’écoutes, passant d’un extrême à l’autre : du nouveau système sans fil « Mu-so » au monstre « Statement ». Un grand écart parfaitement assumé par Paul Stephenson, Directeur général de Naim qui revient sur les raisons qui ont conduit Naim à la réalisation du système « Mu-so ». « Nous ne devons pas fermer les yeux sur des habitudes de consommation de la musique qui changent, c’est aussi notre job de pouvoir répondre à ce type de demande sans aucunement renier ni le reste de notre gamme ni nos valeurs. Avec « Muso », nous avons cherché à faire le meilleur compromis possible et repousser les limites de ce qui est possible de faire avec un appareil compact, design et sans fil dans un budget restreint. Ce travail nous a demandé plus de deux ans d’étude et nous sommes aujourd’hui très fiers du résultat ». Il faut noter que la fabrication cet appareil est sous-traitée à l’extérieur afin pour pouvoir bénéficier d’un coût très attractif. J’ai été pour ma part assez agréablement surpris par ce système multimédia, si la scène sonore est de fait un peu restreinte compte tenu de l’architecture de la machine, la dynamique de ce système n’est pas en reste et la signature sonore témoigne d’un bel équilibre acoustique, la définition des timbres est franchement assez saisissante. Un résultat qui est de très loin très supérieur à ce que j’ai pu entendre dans cette catégorie de produits. La finition est exemplaire, le design est moderne et sobre. Il suffira de soupeser l’appareil pour vérifier que sa construction est sérieuse et qu’il embarque quelques arguments techniques de poids. Cet appareil propose une très belle alternative pour tous ceux qui souhaiteront s ‘équiper d’un appareil compact, design et connecté pour entrer dans le monde réaliste de la reproduction sonore.

Print

Aujourd’hui Naim est un cas à part dans le vaste marché des constructeurs audio, il a su construire et développer sa notoriété sur ce qu’il y a de plus précieux : une relation très forte avec la vaste communauté des utilisateurs qui sont, aujourd’hui encore, les meilleurs ambassadeurs de la marque.

# # #

Diaporama de ma visite

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :