Joli coup de coeur cette semaine pour un album délicieux qui navigue entre jazz et littérature, une rencontre musicale subtile et inattendue entre le pianiste René Urtreger et l’écrivain Agnès Desarthe. Une très belle immersion dans un univers swing et sensible. 

Après des études piano classique, René Urterger est surtout inspiré par Charlie Parker, un soir il est appelé pour remplacer au pied levé le pianiste du grand orchestre de Sacha Distel. Peut être le point de départ d’une immense carrière avec les plus grands : Lionel Hampton à Stan Getz, en passant par Dizzy Gillespie, Lester Young, Chet Baker et un certain Miles Davis avec lequel il enregistre la bande originale du film Ascenseur pour l’échafaud, il l’accompagnera ensuite dans une grande tournée européenne. René Urteger a connu des amitiés dans le monde de la chanson comme avec Serge Gainsbourg. Agnès Desarthe est l’auteur d’une trentaine de livres pour la jeunesse, elle a publié une dizaine de romans , elle écrit aussi pour le théâtre et pour la chanson .

L’histoire de cet album «  premier rendez-vous » a peut être commencé en 2015 à l’insu de leurs protagonistes avec un livre, un ouvrage qu’Agnès Desarthe consacre à la vie du pianiste René Urtreger ” Le roi René ” (Editions Odile Jacob) . Ils se rencontrent, ils se parlent et René Urtreger découvre chez sa biographe une passion et une vraie connaissance pour la musique et le jazz. Cette rencontre donne naissance à une sorte d’admiration et de respect mutuel entre les deux artistes. En pleine écriture du livre, Agnès Desarthe reçoit la proposition d’un festival littéraire qui l’invite à se produire avec un autre artiste, immédiatement elle choisit le pianiste, une opportunité qui les conduira à proposer une sorte d’objet à la fois musical et littéraire. Le projet d’album s’est ensuite concrétisé grace à la complicité attentive et bienveillante de Vincent Mahey des studios Sextant qui a assuré la direction artistique et une prise de son d’une exceptionnelle qualité.

Si René Urterger reconnait qu’Agnès Desarthe, n’est pas une chanteuse de jazz professionnelle … il a vraiment ressenti quelque chose de rare en travaillant avec elle , « c’est une artiste complète et une vraie chanteuse » a t-il confié. L’interprétation vocale d’Agnès Desarthe est en effet d’une très grande fraicheur et totalement débarrassée de tous les artifices habituels des chanteuses de jazz. Ici, le propos est fragile, sensible, comme sur un fil mais tellement touchant et réaliste. Elle réussit véritablement à s’approprier la musique pour en proposer une version incarnée et très personnelle comme dans cette sublime version de « The man I love ». L’émotion et l’engagement d’Agnès Desarthe sont magnifiquement perceptibles dans le timbre de sa voix.

Un album dont les titres chantés alternent avec des pièces instrumentales et de très beaux textes d’Agnès Desarthe dont le récit et la musique se conjuguent superbement bien. Cet album célèbre une rencontre sensible et propose un objet artistique original,  un magnifique havre de paix hors du temps.


Agnès Desarthe : voix, texte – René Urtreger : piano  – Géraldine Laurent : sax alto – Simon Goubert : batterie – Pierre Boussaguet : contrebasse  – Alexia Lograda  :  violon

%d blogueurs aiment cette page :