Coup de cœur cette semaine pour l’album « Transparence water » , une rencontre singulière entre le pianiste cubain Omar Sosa et le Koriste sénégalais Seckou Keita. Offrez-vous une pause délicieuse comme un lent voyage sur un fleuve sensible et lumineux. 

Une rencontre et un état d’esprit

Cet album est le fruit d’une rencontre de deux artistes. L’un est cubain, l’immense pianiste Omar Sosa trouve son inspiration dans la musique traditionnelle cubaine mais aussi dans le jazz ou le hip-hop. L’autre est l’étoile montante de la Kora sénégalaise, mais Seckou Keita ne souhaite surtout pas se limiter à la musique traditionnelle en multipliant les rencontres avec des musiciens de tous horizons.

Ces deux artistes musicalement “très ouverts” étaient donc faits pour se rencontrer. « Il faut savoir se pencher sur les traditions de l’autre et être en alerte … savoir accepter l’autre, ce qui me motive c’est partager, découvrir » affirmait Omar Sosa lors d’un entretien (France inter, la récréation, 24/02/17). «On était spirituellement connectés” se souvient Seckou Keita dès leur toute première rencontre en 2012.

Un album et des invités

L’album « transparence water » est sorti il y a quelques mois ( février 2017 ), mais ces deux artistes n’ont pas souhaité s’enfermer dans un dialogue à deux, ils se sont entourés d’une belle palette de musiciens particulièrement divers : Gustavo Ovalles, sorcier du rythme vénézuélien, Wu Tong, maître du sheng (orgue à bouche chinois), la franco-japonaise Mieko Miyazaki au koto (sorte de harpe japonaise) ou encore Mosin Khan Kawa et sa cithare coréenne (geomungo). Ces formidables contributions permettent de construire un subtile paysage sonore dont les timbres acoustiques des instruments vont merveilleusement se marier à celles de la kora et du piano.

Dès les premiers titres, l’album nous immerge dans une douce mélopée comme une invitation à se plonger  dans un état semi-éveillé, il deviendra alors urgent de vous déconnecter du monde extérieur pour vous immerger totalement dans cet univers sensible. Ce dialogue interculturel réussi à s’affranchir d’un exotisme parfois clinquant où l’identité d’un grand nombre de rencontres de ce type finit par se perdre dans un rappel un peu trop systématique de l’empreinte stylistique de chacun des territoires.

La force de cette musique repose en effet sur une sorte de paradoxe qui offre à l’auditeur une réelle capacité à se détacher des repères culturels pour ne se laisser porter que par la poésie lumineuse de cette musique. Au final, le lyrisme mélodique et le propos profondément spirituel nous proposent dans une sorte de rêve éveillé. Si les songes sont issus et portés par deux mondes (cuba et de l’Afrique) ils font aussi l’étonnante démonstration de la force poétique universelle de la musique. Ce subtil dialogue se déguste aussi comme un beau moment recueillement musical. Un album rare et lumineux.


  • Disponible en streaming et téléchargement en qualité CD et Hi-Res sur Qobuz
  • Disponible en CD sur le comptoir

 

%d blogueurs aiment cette page :