si1

Depuis plusieurs semaines j’écoute un système complet de la marque Heed composé notamment du fameux amplificateur Obelisk SI. Mon dernier passage à Munich m’a aussi permis de faire la rencontre des responsables de cette marque hongroise, une histoire autant singulière que passionnante .

D’une activité d’import à celle de fabricant

L’histoire commence à Budapest en 1987 lorsque les frères Huszti créé une société d’importation de produits haute fidélité britanniques. Une activité qui va leur permettre de faire la rencontre de Richard Hay, le concepteur du célèbre amplificateur Obelisk apparu dans les années 80 sous la marque Nytech puis Ion. Afin de pouvoir distribuer l’appareil dans ce qui s’appelle à l’époque « les pays de l’Est », ils décident d’importer l’Obelisk en pièces détachées puis de l’assembler en Hongrie afin d’éviter de très couteuses taxes d’importation. Après la mise en faillite de la marque dans les années 90, les deux frères obtiendront l’autorisation de poursuivre le montage de l’amplificateur. Au fil du temps, les frères Huszti vont s’employer à apporter nombre de modifications significatives à cet Obelisk qui sera donc commercialisé sous la marque Heed. Fort d’un succès dont la réputation s’est aussi construite aussi sur le bouche à oreille, Heed va développer toute une série d’appareils dans la gamme Obelisk : Dac, drive CD, préampli, alimentation séparée et blocs mono.

DSCF1983

Les frères Huszti (à gauche) accompagné du directeur des ventes

Deux questions aux fondateurs de Heed
  • Comment pourriez vous expliquer ce qui qualifie la valeur ajoutée la marque Heed et quelle est votre démarche ? 

« Je dirai que depuis toujours, nous fabriquons des appareils avant tout pour la musique plus que pour le son. Nous pensons réellement que la musique doit être vécue comme une expérience vivante et enjouée et notre objectif ultime est de fabriquer des machines qui redonnent de la vie à la musique. Concernant notre démarche de fabrication, nous tentons de procéder étape par étape avec la plus grande vigilance dans nos choix et dans nos montages. Nous essayons constamment de nous concentrer sur l’essentiel et sur un résultat qui doit être parfaitement audible par nos clients. Par exemple, la seule fonction d’un amplificateur qui nous intéresse est précisément celle de « driver » des enceintes et nous tentons à nous concentrer sur cette unique mission sans nous disperser. Vous savez, on pourrait faire un peu une analogie avec la cuisine, vous pouvez avoir d’excellents ingrédients et pourtant réaliser un plat bien fade voire médiocre. Pour la haute fidélité, c’est un peu la même chose, nous connaissons (comme tous nos concurrents) les éléments qui sont indispensables pour concevoir et assembler un amplificateur, la différence repose à la fois sur un savoir faire. »

  • Quelle est la taille de votre entreprise et quels sont projets ?

« Notre atelier est installé depuis toujours à Budapest et nous avons aujourd’hui une dizaine d’employés, tout le câblage est réalisé à la main et nous restons très vigilant sur la provenance des éléments techniques que nous assemblons. La très grande majorité des éléments proviennent de fournisseurs européens à l’exception de petits composants qui proviennent inévitablement d’Asie. Nous allons prochainement présenter un nouveau convertisseur haut de gamme « Abacus » et suivra un lecteur CD dans cette gamme. La taille de notre société ne nous permet hélas pas de pouvoir présenter des nouveautés très régulièrement, mais je vous confirme que nous avons d’autres projets de développement pour les années qui viennent. »

si3Présentation du système Heed en écoute

Depuis quelques semaines, je suis en compagnie d’un système de la gamme Obelisk composé d’un amplificateur Obelisk  SI III, d’un DAC « DA » et d’un drive CD « DT ».

Ces électroniques Heed ont un premier mérite : celui d’être reconnaissable parmi tant d’autres : une taille façon « boite à chaussures » qui n’est pas sans rappeler quelques formats d’électroniques que l’on retrouve chez certains constructeurs britanniques comme Rega ou Cyrus. Ici le design pour le moins sobre et les commandes minimalistes : la façade de l’amplificateur se limite en effet à deux gros boutons, on appréciera au passage les petits led bleus associés aux boutons de sélection et de volume. A noter une étrange curiosité : la graduation du bouton de volume qui va de 0 à 3 en passant respectivement par 9 et 12, sans doute à la manière d’une horloge ? Cette graduation inhabituelle est cependant pour le moins déconcertante.

A la soupesée de l’amplificateur Obelisk, on se rend vite compte que l’essentiel est bien à l’intérieur, avec la présence notamment d’un très solide transformateur d’origine allemande. La connectique est complète avec cinq entrées RCA et 2 numériques, une carte phono ou une carte DAC pouvant être installées en option. En revanche, l’utilisateur ne pourra compter sur aucune connexion sans fil embarquée.

La lecture CD s’opère à partir du drive DT qui devra de facto être associé à son convertisseur « DA » à l’aide d’une connexion SPDIF ou optique. Le convertisseur compatible 24 bit/192 kHz est équipé de 5 entrées numériques: 2 S/PDIF (une RCA, une BNC), deux TOSLINK et une USB. Concernant le Drive, je dois vous reconnaître avoir été un peu gêné par la lenteur des fonctions, il faut en effet attendre plusieurs secondes avant que l’afficheur ne veuille bien reconnaître votre CD, sans parler de la lenteur excessive de l’ouverture du tiroir. En revanche, la garantie de 3 ans sur tous les appareils de la marque est très appréciable, un avantage dont un grand nombre marques, parfois des plus prestigieuses, ferait bien de s’inspirer.

si4

Intérieur de l’Obelisk SI

Mes écoutes

J’ai particulièrement apprécié la quiétude de mon salon à mon retour du salon de Munich et sa surcharge de décibels. Depuis quelques semaines ce système Heed est associé à mes habituelles Mulidine Allegretto (câblées avec des Atohm ZEF Max).

Mettre un premier disque, connu, entendu mille fois. S’asseoir, écouter, vite se rendre compte que quelque chose se passe. Redécouvrir la plage pourtant bien connue, tenter de comprendre, renouveler alors l’expérience avec toute une playlist et trouver tout plus beau, plus clair, plus vivant. Se surprendre à apprécier des plages qui jusque là n’avait qu’une utilité technique pour écouter, décortiquer la scène sonore ou l’équilibre tonal. Chercher encore pour définir ce qui est mieux, trouver une analogie avec l’image, une mise au point meilleure, gagner en netteté et en luminosité, voila nous y sommes : lumineux, comme si la musique devenait habitée, comme si elle avait retrouvé une âme, un peu à la manière d’une amplification à tube. La présence est charnelle, la définition est d’une finesse et d’une subtilité juste, mon analogie avec le tube s’arrête ici précisément, car ces appareils ne tombent à aucun moment dans une interprétation déséquilibrée ou exagérément flatteuse.

7502258850770_600

Le redécouvre littéralement la voix de Raquel Andueza dans ce magnifique album “Paradiso”, elle s’impose et se déploie dans une clarté étonnante, une interprétation qui semble avoir été littéralement redéfinie comme si un voile venait subitement d’être levé. Je retrouve le coté vivant de la musique avec une présence exceptionnelle et le mariage des électroniques Heed avec les Mulidine réenchante la musique dans toutes ses dimensions.

Si cet amplificateur Obelisk, dans ses toutes premières versions, avait encore quelque chose d’assez British, aujourd’hui il ne reste que le format pour nous rappeler cette filiation. Les frères Huszti ont réussi à proposer un appareil qui possède indéniablement une réelle valeur ajoutée musicale avec un tarif des plus raisonnable. Mes écoutes de ces belles machines sont à l’image de ma brève rencontre avec les frères Huszti : chaleureuses, enthousiasmantes et sincères.

# # #

Spécifications techniques Amplificateur Obelisk SI III :

Puissance : 2x 50 W (8/4 Ω, 1kHz, <0,1%THD) par canal. – Bande passante : 7 hz Hz à 60 kHz (1W, 8 Ω, -1,5dB) – Sensibilité/impédance: entrée n°1 : 250 mV / 10 kΩ – Sensibilité/impédance: entrée n°1 avec module phono : 5 mV / 47 kΩ. – Sensibilité/impédance: entrées n°2-5 : 250 mV / 10 kΩ – Rapport signal/bruit : 98 dB. – Séparation des canaux : >90 dB – Distorsion (THD, 1 kHz, 100mW) : <0,08% – Facteur d’amortissement : >150 (8Ω) – Pre-out : 0dbm, (775mV) / <50 Ω – Sensibilité d’entrée : 500 mV. – Consommation : 160 W. – Consommation en veille : 5 W – Dimensions : hauteur 85mm ; largeur : 220mm ; profondeur : 360mm. – Poids : 7 kg. – Une télécommande permet de contrôler l’ensemble des appareils de la gamme.

Tarifs : Obelisk SI III : 1400€ – Obelisk DA : 1600€ – Obelisk DT : 1450€

%d blogueurs aiment cette page :