Le fabricant américain Grado occupe une place à part dans le monde des casques, le Grado RS2e représente le casque idéal : léger, très aéré avec un tarif presque “abordable”.  Je suis très emballé à l’idée de partager avec vous mon expérience d’écoute : formidable !

Grado est une vraie « sucess story » à l’américaine comme on les aime. L’histoire de cette entreprise est d’abord une affaire de famille, fondée par un certain Joseph Grado qui installe sa petite entreprise en 1953 dans l’ancienne épicerie de son père dans le quartier de Brooklyn à New York. L’entreprise y fabrique des cellules pour platine vinyle et il faudra attendre les années 80 pour voir apparaître les premiers casques sous l’impulsion de John Grado qui n’est autre que le neveu du fondateur qui prendra la direction de l’entreprise en 1990.

Plus de vingt-cinq ans plus tard, Grado est devenue l’une des références dans le monde du casque même si la fabrication de cellules pour platines vinyles se poursuit. Grado propose une dizaine de casques avec des tarifs à allant de 129€ à 2375 €. Mis à part les produits professionnels, Grado propose trois gammes de casques : la gamme Prestige (Sr) avec des produits réellement intéressants à partir du modèle Sr 225 (299€), le Sr 325 (435€) restant le meilleur choix dans cette première gamme. Mais si vous cassez encore un peu votre tirelire vous accéderez à la gamme Référence (RS) avec deux produits qui sont de vrais “must” et qui vous représentent un considérable saut qualitatif. Enfin la gamme Statement propose les modèles les plus haut de gamme mais il vous faudra débourser au minima 1300€ pour accéder ces Rolls. Je vous propose cette semaine de partir à la découverte du Grado RS2e, le premier de la gamme Référence tarifé autour de 700 €.

Un objet fabriqué à la main

Trois choses sont immédiatement perceptibles à la prise en main de ce casque : son look rétro et vintage, la qualité des matériaux utilisés et son poids relativement léger. Nul besoin d’un examen approfondi pour s’apercevoir que l’arceau est en cuir véritable. Les chambres des haut-parleurs sont taillées dans de belles pièces d’acajou, un choix qui offre à l’objet rigidité, légèreté et qui évite toute vibration parasite. Le niveau de fabrication et les finitions sont exceptionnelles, la qualité d’assemblage à la main « Made in US » est réellement perceptible. Le connecteur de 3.5mm est monté sur un câble à 8 conducteurs dont le beau diamètre est des plus rassurant, on regrettera seulement qu’à ce niveau de tarif il ne soit pas détachable et donc interchangeable. Les transducteurs affichent quand à eux de très bonnes performances en termes de bande passante de 14hz à 28khz , ces derniers font l’objet d’un appairage très précis et rigoureux.

Un casque ouvert

Faut-il rappeler en préambule que ce casque est de type « ouvert », c’est à dire que les petits haut-parleurs ne sont pas enfermés dans un volume d’air clos, mais au contraire l’onde arrière est évacuée par le biais de micro-perforations dans la coque du casque. Je recommande plutôt ce type de casque, car il réduit véritablement le sentiment d’enfermement, de plus cette technologie vous permettra de profiter pleinement de la scène sonore. Le revers de la médaille est que vous n’êtes pas totalement isolé des bruits extérieurs tout comme votre éventuel voisin ne le sera pas de votre musique !

Un confort véritablement appréciable

Il est particulièrement agréable d’avoir un casque qui tombe assez vite sur les oreilles, il ne faut en effet peu de temps pour trouver la bonne position, le confort des mousses sur les oreilles est parfait et la légèreté du casque est particulièrement bienvenue. Grado propose une astuce maison avec des mousses propriétaires en polycarbonate de différentes tailles qui s’enlèvent et s’installent sur le casque très facilement. J’ai essayé les grandes tailles et je confirme que le port de ce casque pourra supporter véritablement de nombreuses heures d’écoute sans avoir à ressentir un fâcheux effet « grille-pain » sur les oreilles !

J’ai donc testé ce casque à partir d’un ordinateur équipé de l’abonnement Qobuz hifi et d’un ampli casque dac Marantz HD- DAC1

Mes écoutes

MI0003594783

Fairfield Four  ” Noah “  – Ce magnifique et enthousiaste quartet vocal jazz est vraiment idéal pour apprécier le bas du spectre sonore. La profondeur et la clarté de ces voix graves caverneuses sont sublimes. J’y redécouvre au passage quelques détails de respirations et de mouvements de bouche qui redonnent à l’ensemble un très beau réalisme.

Johann-Heinrich-Schmelzer-Sacro-Profanus-Ensemble-Masques

Ensemble masques / Johann Heinrich Schmelzer – “Sacro-profanus concentrus musicus, Sonata N°4 a sei” – La justesse des timbres des violons, les médiums du clavecin s’exprime avec une couleur charnelle et très charpentée à la fois. La scène sonore est saisissante, à volume très mesuré, le casque arriverait presque à se faire oublier, l’aération de la musique est assez bluffante et le ressenti pourrait se comparer à celui d’une restitution acoustique avec une bonne paire d’enceintes.

413LRYu03SL

Camille “She was” – Excellent enregistrement live à l’Oympia , la plage « de mars » me replace au milieu de la salle au coeur du public avec la perception de légers bruissements des spectateurs, la présence de l’artiste sur scène est véritablement perceptible et redonne à cet extrait un réalisme saisissant. La plage « le banquet » provoquera sans doute un frisson aux plus insensibles d’entre vous.

barber-adagio-for-strings-bernstein-on-the-town-west-side-story-gershwin-rhapsody-in-blue-400x400-imad4fgdbqcgzadz

Gershwin / Bernstein, Los Angeles Philarmonic“Rhapsodies in Blue”  Broadway, Broadway, nous y sommes ! Woody Allen n’est sans doute pas très loin (les amateurs du cinéaste me comprendront). La clarinette, l’orchestre crescendo, puis la trompette bouchée, le piano et l’orchestre fortissimo, cymbales : tout y est,  que le spectacle commence ! La scène sonore est prodigieuse, la musique juste emballante !

B000056ETX.01._SCLZZZZZZZ_

Paul Bley Solo – “Seven “ Ces pièces de piano sont d’une extrême sensibilité tout en tensions et silences. Les harmoniques de piano respirent comme jamais, puis lui répondent ces graves d’une extrême profondeur, riches et émotionnelles. L’immersion dans le monde harmonique de Monsieur Bley est totale, bienvenu dans les profondeurs de la musique. L’improvisation sur les extrêmes graves du piano sur la plage « Donkey » est un bonheur et une source renouvelée de plaisir.


Si la qualité de restitution de ce casque est assez spectaculaire, j’ai particulièrement apprécié le son incroyablement aéré et vivant. L’excellent confort de port et son poids plume contribuent également à faire oublier que l’on a un casque sur les oreilles. Ces qualités sont aussi de vrais atouts en situation de mobilité. Doté d’un bon ampli casque, c’est sur ce terrain que ce Grado vous plongera au cœur du grand bleu musical. Ce casque haut de gamme représente sans doute l’une des meilleures opportunités qualité/musique/tarif du marché. Cet appareil est doté d’un réel talent pour faire revivre votre musique préférée à la manière d’un grand spectacle, une expérience enthousiasmante et totalement addictive.

J’ai aimé
  • Le niveau de restitution sonore exceptionnel
  • Un son très aéré et vivant
  • La qualité de fabrication
  • Le système de mousses interchangeables
J’ai regretté
  • L’absence de câbles déconnectables

boutique

Caractéristiques techniques :

  • Châssis en métal et bois naturel
  • Câble en cuivre OFC à 8 conducteurs
  • Bobines en cuivre UHPLC (Ultra-High Purity, Long Crystal)
  • Connecteurs en rhodium plaqué or
  • Réponse en fréquence : 14 Hz à 28 kHz
  • Sensibilité : 99,8 dB / 1 mW
  • Impédance : 32 Ohms
  • Balance entre transducteurs : 0,05 dB max.
  • Poids : environ 255 g
  • Tarif : 735 €
%d blogueurs aiment cette page :