unnamedPianiste de légende, Martial Solal a enregistré son premier album il y a plus de 60 ans ! A l’occasion des 40 ans du label JMS, un magnifique disque « UNIVERSOLAL » vient de paraître. Un “best of ” à déguster pour retrouver (ou découvrir) toute l’âme d’un musicien de jazz hors norme.

Au delà d’une maitrise instrumentale exceptionnelle, Martial Solal convoque à lui seul une certaine idée du jazz avec un propos musical d’une extrême richesse mélodique. Une virtuosité qu’il a toujours su mettre au service de la musique avec intelligence et générosité. Sans jamais tomber dans les clichés ou dans un jeu pianistique routinier, Martial Solal maitrise aussi l’art de la surprise, non sans un certain esprit espiègle, déployant avec un naturel déconcertant un jeu mélodique foisonnant et intensément riche.  Le pianiste est resté un enfant prenant un plaisir perceptible au jeu, il revisite sans cesse mélodies et standards de jazz au cours d’improvisations qui parfois ne manquent pas d’humour. Il confiait en 2013 que le miracle de la musique vient de l’intérieur et qu’il ne jurait que par l’excitation du moment ( Dépêche du midi du 31/10/2013 ).

“In & Out” – extrait d’un concert en solo

Si le jazz et l’improvisation sont ses terrains de jeux familiers dans lesquels il renouvelle sans cesse ses langages, c’est sans compter sur une riche culture musicale et de multiples influences qui lui ont permis aussi d’écrire pour de grands orchestres ou de composer pour le cinéma (il évoque la question de ses influences dans une interview vidéo sur France musique) .

Je ne suis pas toujours très enthousiaste à la publication de disques « Best of » préférant  les enregistrements originaux aux compilations, mais force est de constater que la réalisation de cet album est remarquable. Il propose en alternance des plages en solo et en trio, extraites des albums “Martial Solal improvise pour France Musique” (1994) et “Triangle” (1995), où il joue aux cotés de Marc Johnson (contrebasse) et Peter Erskine (batterie). Mais Jean Marie Salhani, le fondateur du label JMS a tenu à me préciser que ces enregistrements ont été retravaillés et nettoyés en studio à l’occasion de la publication de l’album. Il faut en effet saluer ici le grand soin apporté aux prises de son, la première plage en solo est sans doute à classer parmi les must de prises de son de piano solo.

boutique

Ceux qui préfèreront la version physique de l’enregistrement auront incontestablement un joli bonus : le CD est en effet accompagné d’un DVD avec un concert intimiste et inédit, il  interprète et improvise en solo sur huit standards enregistrés dans bibliothèque du Congrès à Washington en avril 2011. A signaler également une intéressante interview du pianiste que vous pourrez consulter ici (en anglais et sans sous titrage).

Nul doute que cet “universolal” offre une bien belle opportunité pour déguster les facéties mélodiques d’un musicien exceptionnel dont la maitrise pianistique saura vous envoyer en orbite autour de la galaxie jazz, car il y a les pianistes de jazz et il y a Martial Solal.

# # #

%d blogueurs aiment cette page :