cover-occ

Cette semaine, un coup de coeur pour un album énergisant, inclassable et surprenant. C’est d’abord l’histoire d’une rencontre entre le bouillonnant guitariste Claude Barthélemy et l’orchestre “l’Occidentale” qui navigue avec délectation entre jazz entre musiques traditionnelles. Le résultat est lumineux !

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

Claude Barthelemy est un guitariste atypique, souvent considéré comme le cousin de Hendrix et de Zappa, il est vrai qu’il connait d’abord une période rock avant de devenir une figure du jazz français et européen. Particulièrement éclectique, il collabore aussi dans le domaine de la musique contemporaine et il écrit pour le théâtre. Virtuose guitaristique, Claude Barthélemy est aussi un compositeur et un arrangeur aguerri, un meneur de projets et de troupes ! Il a notamment révélé son véritable talent pour la direction d’orchestre à la tête de l’Orchestre National de Jazz qu’il a dirigé à deux reprises .

En 2004, à l’occasion du festival de jazz du Mans, il découvre le collectif “l’Occidentale”, une formation de huit instrumentistes inspirés les uns par la musique traditionnelle gasconne, les autres par le répertoire breton. Ce collectif se plait depuis plus de dix ans  à revisiter un répertoire traditionnel. Séduit par la démarche, il fait la rencontre de Fred Pouget qui assure la direction artistique du collectif, l’idée d’un projet commun entre l’Orchestre et le guitariste née en 2012. Sorti il y a quelques semaines, cet album “Claude Barthelemy & l’occidentale” est un enregistrement effectué en mai 2014, à l’image de sa très belle couverture, il offre un patchworks de séquences musicales des plus étonnantes et détonantes.

Extrait de concert de l’Occidentale ou comment dérider les cornemuses …

Une approche éclectique et transversale

Claude Barthélemy s’est emparé du répertoire de l’Occidentale avec intelligence et malice, on retrouve la fantaisie qu’on lui connait, il a bousculé les codes et les barrières stylistiques pour embarquer le répertoire traditionnel aussi bien dans une ambiance jazz rock qu’avant gardiste. Claude Barthélemy lui même reconnait bien volontiers avoir été séduit par “l’énergie déployée par le souffle de cette banda de luxe accastillée tendance et orientée rural… la destination importe peu : j’aime à caboter en musique, et mêler sans trop de mémoire les fragrances recueillies aux diverses étapes” affirme t-il joliment. Le guitariste est un esprit libre, très libre, qui n’hésite nullement à revisiter une gavotte au point de la rhabiller avec un costume jazz très contemporain. Son talentueux travail d’arrangeur et d’orchestrateur a indéniablement propulsé l’orchestre de l’Occidentale en haute mer. “Claude nous a permis de mettre à jour ce que nous étions capables de faire “ reconnait Fred Poulet.

Le grand écart entre musiques traditionnelles et une certaine idée de l’avant-gardisme musical va si bien au guitariste qu’il s’en délecte et s’épanoui à volonté dans ce “melting pot” musical. Le son de la vielle électro acoustique, des cornemuses et autres fifres se marient avec lucidité aussi bien avec la section de cuivres de l’orchestre que de la guitare électrique du grand Barthelemy dont l’éblouissante virtuosité explique sans doute son indéfectible besoin vital d’aller voir ailleurs en permanence. Ici, il s’investit aussi dans ce qu’il sait fait faire de mieux : écrire de la musique, des arrangements et embarquer des troupes vers de nouveaux horizons.

Au final, on a parfois l’impression que Claude Barthelemy sème un joyeux bazar mais c’est sans compter sur une écriture rigoureuse avec l’intelligence d’une prise de risque qui donne de la liberté aux musiciens et les transcendent dans leurs arts. L’orchestre sonne formidablement, la section de cuivres alimentée par une rythmique des plus solides déploie l’énergie indispensable à l’expression et à l’épanouissement musical de tous. Chaque plage est une histoire dont la naissance et la résolution surprend, au fil des séquences, on finit par guetter avec gourmandise la prochaine houle qui pourrait bien nous attraper et nous jeter dans un port imprévu. L’authenticité d’un folklore bretonnisant réveille et dynamite nos clichés préconçus. La fantaisie créatrice fini par tout emporter sur son passage, j’ai été vraiment emballé par ce joyeux équipage toujours volontariste au coeur de la tempète et de belle humeur. On arrive à quai lessivé, heureux et transformé par ce voyage au long court. Un album rare, une expérience intense et belle dont on ne sort pas indemne.

# # #

CD Claude Barthélémy & L’occidentale- sortie le 15 mars 2015 chez Laborie Jazzdisponible en téléchargement ou streaming chez Qobuz, Spotify ou Itunes

%d blogueurs aiment cette page :