Columbia Records Leonard Cohen Popular Problems cover

Voici quelques bonnes raisons de s’asseoir tranquillement et se laisser porter par le nouvel album de Léonard Cohen « Popular Problems ». Un très bel enregistrement qui perdrait tout son sens pour ceux choisirait une écoute à la découpe,

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

auditeurs ne sachant pas auditionner : faites preuve de sang froid et luttez contre le zapping !

Avec ce treizième album studio, le grand Léonard Cohen propose une séquence poétique et nostalgique. On se laisse vite embarquer par les ballades de ce mélodiste hors pair, les premiers temps du chanteur à la guitare ne sont finalement pas très loin, l’inventeur d’une folk pop poétique ne se dément pas. Les arrangements sont relativement dépouillés, suffisamment en retrait pour mettre en valeur la voix et le propos du chanteur.

La deuxième plage de l’album « Almost like the blues » est un modèle du genre avec la présence assez spectaculaire d’une voix mi- parlée, mi- chantée. La voix offre ici un grave extrême exceptionnel, un timbre de voix magnifiquement caverneux, une texture sonore riche et remplie de respirations. Une écoute doublement intéressante pour ceux qui voudront aussi apprécier tout en douceur les très basses fréquences de leurs système haute fidelité.

Cette voix « d’outre tombe » peut déranger dans un premier temps, puis ce souffle ultime finit par bercer nos sentiments les plus nostalgiques, on reste éveillé, attentif à l’extrême, la sensibilité du poète fascine. Son regard sans complaisance sur le monde et la condition humaine n’est jamais moralisateur. Si les thèmes de la guerre et de la religion ne sont jamais très loin, Léonard Cohen évoque aussi le temps qui passe (il vient de fêter ses 80 ans) . Plus que jamais, l’homme reste engagé mais toujours à la recherche d’une certaine sagesse. Il nous offre ici un propos apaisé qui témoigne aussi de son long chemin spirituel (il avait notamment été ordonné moine bouddhiste en 1966), cet album est dédié au grand maître zen le moine Kyozan Joshu Sasaki Roshi, décédé cette année à l’âge de 107 ans.

“Popular problems” est un éloge à la lenteur, le chanteur canadien propose avec élégance une pause, une grande respiration, une nécessité de ralentir. Une lenteur parfaitement revendiquée : « Ce n’est pas parce que je suis vieux …ni à cause de la vie que j’ai mené … j’ai toujours préféré la lenteur…c’est que ma mère disait » affirme t-il dans l’une de ses chansons (Slow).

La douceur mélancolique de ce « popular problems » deviendrait presque un antidote nécessaire à notre « survie intérieure » dans un monde qui tourne parfois à l’envers. Léonard Cohen nous berce par son chant caressant, il nous apaise avec un disque important : un moment de grâce à partager.

# # #

Discographie complète de Léonard Cohen

nippon-stickers-deco-blanc-grand-format_1


Vendredi 24 octobre  :
Spécial japon, Acte I

%d blogueurs aiment cette page :