cours-guitare-acoustique-1Après les décibels du salon de Munich, une petite cure de désintoxication acoustique s’imposait, je suis donc reparti en chasse dans ma discothèque et mes playlists à la recherche d’un propos reposant. Ceux qui me lisent régulièrement auront deviné mon goût assez prononcé pour les musiques acoustiques qu’elles soient de “chambre”, vocales en tout genre et bien entendu Jazz. Je viens précisément de redécouvrir trois bijoux de cordes qui représentent, chacun à leur manière, des “musts” d’enregistrements acoustiques, je reconnais ici volontiers m’être laissé influencé ici par mon passé de guitariste .

Un sublime duo de guitare jazz : Sylvain Luc et Bireli Lagrène “Duet”  (Dreyfus Jazz – 2000). Bien au delà du grand talent de ces deux guitaristes, il faut saluer la prise de son qui fait entendre beaucoup de choses de ce duo formidable : des bruits de rythmique sur la caisse, l’attaque des cordes et ce fameux crissement de cordes au passage des accords, une gamme de sonorités qui rend le propos musical particulièrement vivant. L’album revisite quelques grands classiques de la pop et du jazz, il faut bien reconnaître que le caractère mélodique assez reconnaissable des thèmes interprétés nous permet d’autant mieux de nous concentrer sur le jeu de ces deux guitares aux sonorités bien distinctes dont le propos acoustique est subtilement distillé.

1356196904_duet1” Time after time” – une version acoustiquement rafraichissante et relaxante

Autre expérience acoustique avec ce sublime album du luthiste Eduardo Egüz “The Lute Music of J.S. Bach” (ma recordings – 2000) qui interprète des pièces de Bach pour luth dans un cloître italien et dont la résonance naturelle a bien entendu été pleinement intégrée à la prise de son de cet album, réalisée ici en prise directe avec deux micros omnidirectionnels, l’album n’ayant fait l’objet d’aucun mixage. Un parti pris développé par le label américano-japonais ma recordings qui produit essentiellement des formations acoustiques et autant que possible dans des milieux naturels.

Eguez-Eduardo-Lute-Music-Of-Johann-Sebastian-Bach-CD-883541714_ML
 Eduardo Eguez – The Lute music of Johan Sebastian Bach

Enfin, un modèle de sobriété acoustique enregistré en public à Tokyo, on peut apprécier ici le grand savoir faire des preneurs de son japonais. Il s’agit d’un concert du guitariste brésilien João Gilberto “João Giberto in Tokyo” (Verve – 2003) qui fait face au public seul avec sa guitare et deux micros, l’un pour la voix, l’autre juste devant sa guitare. J’aime beaucoup écouter cet album à un niveau d’écoute très modéré. Pour le peu que l’acoustique de vos enceintes soit suffisamment détaillée et que celles ci ne soient pas trop directionnelles, vous pourrez percevoir une impression de réalisme assez saisissante (la différence viendra bien entendu de la qualité globale de votre système). Ici l’équilibre entre voix et guitare est parfait. La couleur très acoustique de cet album me rappelle une anecdote un soir d’orage au festival Jazz à Vienne, où après une coupure d’électricité, le guitariste brésilien décida de poursuivre son concert a capella avec sa seule guitare acoustique sans aucune sonorisation. Le plus long fut d’obtenir le silence complet du public, il fallut ensuite tendre l’oreille, un exercice peu habituel pour le public, puis la magie de la musique opéra avec l’acoustique naturelle des lieux : un moment rare et inoubliable.

GILBERTO Joao Giberto en concert à Tokyo – Qui résistera à ce ” Rosa Morena” ?

%d blogueurs aiment cette page :