highres-1235652135

Une découverte comme j’aime en faire ! Une pianiste pour l’heure assez méconnue : Makiko Hirabayashi. Née à Tokyo, elle a grandi au Japon et à Hong Kong, réalisé une partie de ses études à Boston et réside depuis quelques années à Copenhague.

Un propos mélodique qui m’a parfois renvoyé à l’univers de la pianiste Sophia Domancich, dont je connais particulièrement bien le travail pour avoir eu la chance de travailler à ses cotés il y a quelques années comme agent artistique et administrateur de tournée. Makiko Hirabayashi explore de nombreux territoires avec une belle aisance pianistique et une énergie intérieure hors du commun : peut-être est-ce ici une belle définition de la liberté ?

Makiko est une artiste-monde avec un univers personnel nous renvoie à ses multiples racines : des sonorités d’orient, l’inspiration d’un répertoire classique, des tonalités nordiques comme pour rappeler que sa nouvelle terre d’accueil participe aussi de cette belle alchimie et contribue pleinement à proposer une définition d’un jazz multiculturel, fruit d’un monde-village.

Quelque chose prend très vite le dessus sur nos tentatives de repérages, un monde intérieur émerge loin des clichés faciles ou exotiques, qui parfois à la façon d’une Youn Sun Nah rend le propos énergisant, mais si la chanteuse se range à présent parmi la « jazz variété », ici Makiko Hirabayashi développe un univers inspiré et inspirant, exigeant mais généreux. Pour celui qui saura prendre le temps s’y abandonner, c’est la promesse de découvrir un beau jardin d’éden éclairé par un propos sensible. Loin des artifices à la mode qui nous privent parfois de l’essentiel, Makiko Hirabayashi nous offre ici ce qu’il y a de plus rare : la musique comme l’expression d’un territoire intérieur.

makiko-hirabayashi-surely-20131213090715_zps2a5bc23a

Dernier album “Surely” (Yellow Bird record – janvier 2014)en trio avec  trio Klavs Hovman – contrebasse et Marilyn Mazur – batterie, percussions.

A écouter sur Qobuz 

un extrait avec une belle illustration de l’artiste Yuko Takada Keller

%d blogueurs aiment cette page :