4o graphiques pour comprendre l’évolution de l’industrie musicale depuis 1973

000025781

Comment écoutons nous la musique en 2014 ? La publication de fraiches statistiques sur les parts de marché des différents supports est porteur de quelques surprises, l’occasion de reparler des formats et vous livrer quelques commentaires notamment sur la question des fichier HD (Haute définition ou Studio Master)

Ventes en baisse chez ITunes

L’information date de quelques jours, elle est passée relativement inaperçue en France : pour la première fois depuis sa création, iTunes a connu une baisse du nombre de titres achetés sur sa plateforme sur le marché américain, les ventes de morceaux à l’unité pour l’année 2013 ont chuté de 5,7% (source Nielsen/ Billboard) . ITunes a encore quelques raisons de rester optimiste avec plus de 40% de part de marché dans la vente d’albums numériques.

Cette baisse pourrait s’expliquer notamment par le développement de l’écoute en streaming (lecture en continu sur internet), on télécharge moins mais on écoute plus en streaming. Spotify a récemment revendiqué 24 millions d’utilisateurs dans le monde et 6 millions d’abonnés payants. Qobuz offre quand à lui plus de 15 millions de titres et surtout le plus grand catalogue de musique en qualité studio Master avec 3200 albums. La différence Qobuz repose indéniablement sur la qualité et sur la richesse de son catalogue où l’on trouve aussi de nombreux petits labels.

Des supports physiques qui font de la résistance

Mais, l’autre petite surprise vient du marché français où le Syndicat National de l’Edition phonographique a annoncé pour le premier semestre 2013 une hausse des ventes numériques mais aussi des supports physiques, plus surprenant. Même s’il faut raison garder, cette hausse des ventes physiques de plus de 5 % témoignent en tout cas d’une bonne résistance, les ventes de CD continuent inexorablement de baisser depuis de nombreuses années, mais la courbe est lente et aurait même tendance à chuter moins vite que prévu … . N’aurait-on pas retiré les CD des bacs un peu vite ? Il suffit de passer à la FNAC pour constater l’ampleur du désastre, le paradoxe est que l’immense majorité des titres continuent d’être publiée en CD !

Le Vinyle continue sa progression (parfois de façon spectaculaire) mais reste très loin derrière tous les autres supports. Au Royaume-Uni, les ventes de disques vinyles ont atteint en 2013 leur meilleur niveau depuis dix ans, avec près de 800 000 exemplaires, aux Etats Unis la progression est de 32% depuis 2012, malgré ces progressions impressionnantes, les ventes ne représentent aujourd’hui que 0,8 % du total des ventes de musique. Mais la tendance du retour au vinyle se confirme aussi avec les ventes de platines : le fabricant autrichien Pro-ject aurait vendu l’an passé plus 100.000 platines (source : Pascal Nègre himself, le patron d’Universal lors du dernier salon Hifi de la SAPT de Paris, septembre 2013)

Unknown

La musique HD, nouveau standard ?

Il faut rappeler que cette haute définition (ou studio Masters) concerne que la qualité des fichiers audio. Ces formats de musique (studio Master 24 bits) représentent aujourd’hui la meilleure qualité sonore perceptible par l’oreille humaine. Compte tenu de la bande passante des fournisseurs internet, ces fichiers ne peuvent s’écouter qu’après téléchargement, leur lecture en streaming est pour le moment impossible. A titre d’exemple le seul titre “Get Lucky” de daft punk fait près de 100 Mo, pour un album complet en qualité Studio Master il faut prévoir entre 1 et 3 Go se stockage selon la longueur des dits albums !

Je dois bien reconnaître que lorsque l’on a gouté à cette nouvelle définition de la musique, il est difficile de ne pas être séduit. La bonne nouvelle nous vient encore de Qobuz qui propose régulièrement des offres attractives pour nous permettre d’acheter des fichier HD à des tarifs raisonnables (en aout dernier les fichier studio masters étaient au prix du mp3) . Des promotions sont régulièrement organisées, on trouve des albums dans ce format à partir de 10 €, la différence avec un album en qualité CD (format FLAC) est souvent de quelques euros, de quoi séduire les amateurs de téléchargement.

J’ai fait de nombreuses écoutes de fichier HD et je peux témoigner qu’avant de pouvoir réellement entendre et apprécier la différence avec un CD, il faut être très sérieusement équipé, il faudra veiller particulièrement à la qualité de votre DAC et de vos enceintes. Sur l’un de mes ensembles “début de gamme”, il faut vraiment faire preuve d’une extrême concentration pour percevoir la différence avec un CD. L’autre problème concerne les fichiers Studio Masters qui ne se valent tous, pas plus que la qualité des CD qui dépend de celle de l’enregistrement. Qobuz le reconnait lui même en précisant que “la qualité Studio Masters correspond à la qualité maximale dont dispose le producteur et qu’elle est donc variable d’un album à un autre en fonction des conditions d’enregistrement”. Par conséquent sur certains enregistrements anciens, cette valeur ajoutée est très limitée voire nulle. En revanche, il m’arrive régulièrement de faire écouter à mes hôtes quelques CD importés du Japon, des cessions de jazz enregistrées en 1957 (en analogique donc) et dont la qualité est tout simplement époustouflante.

blu-ray2

Les fichiers Studios Masters représentent un saut qualitatif indéniable, mais là comme ailleurs, il convient prendre un tant soi peu de recul en prenant en compte la qualité des fichiers au même titre que celle d’un matériel dans son entité et celle du local. Pour ceux qui ne veulent pas se lancer dans le téléchargement afin d’éviter les questions de stockage et la nécessaire installation d’un réseau, le Blu Ray Pure audio (dont j’ai déjà parlé dans un précédent billet) est aujourd’hui le seul format physique de musique HD. Le choix reste pour l’heure très limité avec un catalogue de 75 titres et je continue de penser qu’il y a une grande incohérence entre l’exigence audiophile de ce support et les lecteurs Blu Ray qui sont pour le moment dans leur grande part dédiés essentiellement à des installation de Home Cinéma. Les fabricants de HIFI attendant que les ventes de Blu-Ray Pure audio décollent pour développer cette technologie onéreuse, les producteurs attendant sans doute des appareils plus performants pour développer un vrai catalogue … ce petit jeu du chat et de la souris est assez périlleux, il a déjà couté la vie au feu SACD.

%d blogueurs aiment cette page :