DSCF9304

Les câbles : voilà un sujet qui déchaînent bien les passions. Faut-il crier au loup contre tous les marchands de câbles ? Difficile d’y voir clair entre la part d’information technique factuelle et une communication marketing qui relève parfois de l’enfumage. “Ecouter la différence” : on pourrait sans doute reprendre le slogan d’une célèbre radio publique

Vous aimez le Blog ?
Vous allez adorer le livre !

pour tenter de se frayer un chemin dans cette jungle d’infos, de contradictions et d’avis qui sont probablement aussi nombreux que les produits sur le marché. Une fois de plus, il se pourrait bien qu’une partie de la solution se trouve en France, à Paris, à deux pas de la place de la République. Lorsque l’on pousse la porte de HIFI Câbles & Cie, on comprend vite que l’endroit est singulier, j’ai cru me retrouver dans l’ancienne quincaillerie de mon village natal, un comptoir en bois, un ancien parquet, l’odeur du commerce de détail d’antan. Ici c’est d’abord un atelier, on patiente, on attend son tour et on bavarde, on en profite pour s’échanger des infos, l’ambiance est bon enfant,  les regards sont tournés en direction de Thierry qui, de l’autre coté du comptoir est en train de finir le montage d’un câble, fer à souder en main

DSCF9300la table de travail juste de l’autre coté du comptoir

Sur le même trottoir, à quelques mètres, je suis reçu dans une discrète arrière boutique, une salle de musique où le patron des lieux fait ses essais.

Rencontre avec Jean-Claude Tornior. Il tient à me raconter le début de son histoire qui commence à 14 ans avec la construction de son premier ampli. Puis, jeune ingénieur, passionné par la reproduction sonore il va enchaîner une succession d’expériences dans le domaine des enceintes acoustiques d’abord chez Elipson, où il devient l’assistant de Joseph Léon, il est alors plongé dans tout ce qu’il aime : la recherche et développement. Plus tard il créé  sa propre société : PhonOphone, il développe alors des enceintes acoustiques et des électroniques. Ensuite c’est dans le domaine la presse spécialisée qu’il poursuit sa carrière comme rédacteur en chef de la revue son et vidéo magazine, puis comme responsable de la rubrique Hifi au répertoire du disque compact. C’est précisément en qualité de testeur qu’il vient tout naturellement à se pencher sur la question des câbles avec toujours la même exigence et la même curiosité. Il cherche, il apprend, il découvre, il teste des centaines de produits . En 1995 il ouvre sa boutique “HI-FI Câbles & Cie” avec une idée simplissime mais géniale qui fera toute la différence : permettre aux clients de tester eux mêmes des câbles sur leur propre système.  “En tant que revendeur , on était bien placé pour observer les produits et voir comment tel ou tel câble se comportait, on démontait les câbles pour voir comment ils étaient conçus, on apprenait au fil des jours” se rappelle t-il.

Le destin vient frapper à sa porte lorsqu’un jour un fournisseur de câbles en argent et téflon franchit le seuil de sa boutique. Toujours curieux, il accepte un échantillon et fait ses premiers assemblages et ses premiers tests  pour son propre compte . Enthousiasmé par les premiers résultats obtenus, il les partage avec quelques clients fidèles, le câble circule de main en main et les clients en redemandent. Quinze ans plus tard, le catalogue de HI-FI Câbles & Cie est bien fourni et propose des câbles d’enceintes et des câbles de modulation et des câbles secteur. Jean-Claude Tornior se souvient encore et insiste aussi sur une succession de hasards, il se rappelle notamment d’une erreur de commande, auprès d’un fournisseur : un câble d’un diamètre trop gros qui contre toute attente donnera des résultats encourageants.

S-max

Au sujet des tarifs de ses câbles, il rappelle que ses prix correspondent avant tout au prix des matériaux utilisés et à la main d’oeuvre d’atelier, il tient cependant à préciser : “Ici, on ne fabrique pas, mais on assemble des câbles”. Pas de budget marketing, le bouche à oreille lui a déjà construit une solide réputation, il ne préfère pas commenter les prix fous de certains produits, il affirme avoir toujours refusé de proposer ses produits au delà d’un tarif “raisonnable”. Ici le câble HP le plus cher est à 179 € le mètre et on peut s’équiper à partir de 25 € le mètre .

A la question du vieillissement d’un câble, il rappelle qu’un câble qui ne bouge pas et qui reste en place sur un système se bonifie avec le temps, à la condition qu’il ne soit pas manipulé en permanence, sinon il faudra recommencer son rodage, je reviendrai sur cette question du rodage (qui fait couler beaucoup d’encre) dans un prochain billet. Nous sommes interrompu dans notre conversation passionnante : c’est l’heure des expéditions ! Jean-Claude va donner un coup de main à son employé qui a minutieusement préparé les commandes du jour : des câbles envoyés dans toute la France, un système de prêt bien rodé (moyennant caution) : huit personnes sur dix adopteraient définitivement les câbles après les avoir essayé.

%d blogueurs aiment cette page :